FOCUS - Shiraz la romantique

05/09/2017

Shiraz, c'est la ville calme et romantique. C'est là où est enterré Hafez, poète adoré des Iraniens, et son tombeau est un véritable pélerinage, c'est pour dire. L'intérêt de Shiraz, ce sont le tombeau d'Hafez et les parcs. Ca tombe bien, on a fait aucun des deux. Non pas qu'on ne voulait pas, mais on s'est super mal organisés, on a voulu les mettre à la fin, et bien entendu on n'a pas eu le temps. Mais c'est pas grave, parce qu'on a beaucoup marché et qu'on a vraiment eu l'impression de voir une grande partie de la ville

Du coup, dans le top des choses à faire en Shiraz, on a déjà se balader. Quand tu quittes le quartier conservateur de Téhéran et que tu arrives à Shiraz, tu as l'impression d'enfin commencer ton voyage. Personne ne te regarde dans la rue, les gens s'en fichent complètement de la manière dont tu es habillée, et ça c'est quand même génial. Si la nuit les rues sont bondées, en journée il fait chaud et il n'y a pas grand monde, ce qui est pratique. Tu peux réellement te balader dans les rues de Shiraz et prendre le temps de découvrir la ville. On arrive en plus en plein week-end (jeudi et vendredi) aussi les gens ont délaissé la ville pour aller en famille la campagne, ce qui donne des photos de rues assez désertes. 

Comme l'ambiance est très chill, tu vois un peu partout des gens pique-niquer ou faire la sieste.

Il y a également un quartier très pauvre, avec des ruelles incroyables. De manière générale, ruelles rime avec vieille ville et donc quartier pauvre. Les pauvres ont des maisons tandis que les riches vivent dans des immeubles qui ressemblent à des HLM parfois (c'est un peu le contraire de la France). Quand tu tombes sur le vieux quartier d'une ville, tu sais que c'est là où tu as le plus de chance de voir de "vrais" gens, des vendeurs ambullants qui font des annonces dans des mégaphones avec une voix qui fait peur comme dans Le Roi et l'Oiseau, des vieilles maisons en briques...


L'autre activité à faire à Shiraz, c'est de jouer au jeu des sept familles spécial mosqués. C'est simple, il y en a absolument partout, très clairement c'est la ville où on en a le plus visitées et elles sont toutes très jolies.

L'histoire de notre première mosquée iranienne est énorme, puisque c'est un mec qui nous raconte dans le plus grand des calmes être au Hezbollah y fait rentrer, après nous avoir dit qu'il apprenait l'arabe pour pouvoir faire la guerre au Liban contre les Arabes, les Juifs et les touristes (ce genre de conversation où tu veux juste partir en courant mais que tu te dis que c'est encore plus une mauvaise idée et du coup tu restes et tu souris pendant 1h jusqu'à ce qu'il ait fini). Entre deux histoires sur son frère qui faisait des armes chimiques pendant la guerre Iran-Irak, il nous fait entrer dans le tombeau d'un neveu d'Ali, 4ème Imam. Les femmes et les hommes sont bien sûr séparés par une sorte de palissade qui coupe la salle en deux. On me prête un chador à l'entrée et on m'autorise à prendre des photos car je suis française et que ce sont les français qui ont fait les vitraux du tombeau. Tout l'intérieur est tapissé de petits miroirs, comme au palais de Golestan à Téhéran, sauf que là ils sont vert, couleur de l'Islam.

Il y a également la sublime "Mosquée rose" (qui n'est pas rose) et ses vitraux colorés.